Estime de soi et confiance en soi ou comment l’un influe sur l’autre…

0
74
Estime de soi et confiance en soi ou comment l'un influe sur l'autre...

Souvent ces deux expressions sont utilisées sans véritable distinction de sens. Et pourtant, la différence entre les deux concepts est sensible. Bien comprendre la différence entre l’estime de soi et la confiance en soi permet de prendre conscience de son mode de fonctionnement personnel et de mettre en place les outils adaptés pour travailler son positionnement. Capite Corpus vous explique ici comment.

Définitions croisées

Vous percevez facilement la nuance de sens entre ces deux phrases : « je ne suis pas capable de … » et « je ne vaux pas grand-chose », non ? La différence entre confiance en soi et estime de soi se trouve là. 

La confiance en soi repose sur « une prédiction réaliste et ponctuelle qu’on a les ressources nécessaires pour faire face à un genre particulier de situation ». Autrement dit, la confiance en soi est un sentiment de sécurité qui valorise à quel point on se sent CAPABLE ou pas d’affronter une situation.  

L’estime de soi vient du latin œstimare, “évaluer”, dont la signification est double : “Déterminer la valeur de” et “Avoir une opinion sur”. L’estime de soi est donc une appréciation sur soi qui valorise à quel point on se sent VALABLE. 

Les 5 caractéristiques de la confiance en soi

Si on s’intéresse au sentiment de confiance en soi, il s’agit d’intégrer les cinq caractéristiques essentielles qui la constitue :  

  1. La confiance en soi repose sur une prédiction: elle prévoit une situation ou un acte qui va arriver et qui comporte une part d’incertitude. 
  2. Cette prédiction ne repose pas sur le futur résultat obtenu mais plutôt sur la manière dont nous allons nous comporter pour faire face à ce qui arrive.  
  3. La confiance en soi est réaliste: elle se construit à partir d’une accumulation d’expériences et des résultats obtenus par le passé.  
  4. Elle est toujours spécifique: elle s’applique à un domaine particulier. Par exemple je n’aurai pas la même confiance en moi s’il s’agit de danser ou de chanter ! 
  5. Enfin, la confiance en soi est temporaire: elle évolue en fonction des expériences qui vont, soit l’atténuer voire la détruire, soit la renforcer.  

Appréhender ces cinq composantes de la confiance en soi permet de comprendre comment agir sur la nôtre ainsi que sur celle des autres. Plusieurs leviers en découlent :  

  • L’accumulation d’expérience : s’entrainer dans des domaines qui sont confortables pour soi permet de se donner un sentiment de sécurité.  
  • L’évaluation des résultats : il s’agit de tirer les leçons de ce que l’on a vécu afin de réaliser une auto-évaluation et de capitaliser sur nos réussites puis d’intégrer une méthodologie qui nous permette de les réitérer.  
  • L’innovation volontaire : se confronter à de nouvelles situations et sortir de sa zone de confort permet de s’entrainer à garder sa confiance en soi indépendamment du contexte. La confiance en soi devient alors un outil pour s’adapter à toutes les situations.  
  • Des risques calculés : si prendre des risques est formateur, risquer des échecs qui atteindraient notre confiance en nous serait contreproductif. Il s’agit de savoir doser le niveau de difficulté à affronter et y aller progressivement.  

Pour récapituler : comme pour tous les autres apprentissages, il faut graduer les obstacles pour progresser rapidement, ne pas rester limité à ce qu’on connaît déjà, mais ne pas se lancer aveuglément dans des situations trop difficiles en fonction des moyens dont nous disposons. 

L’estime de soi, un différentiel entre ce que je suis et ce que j’aimerais être

L’estime de soi repose sur un jugement de valeur, donc sur une auto-évaluation. Elle est, de fait, plus difficile à moduler. Elle repose sur un idéal que nous avons de nous-même et sur ce que nous voulons être et donner comme image aux autres. Elle se caractérise également à travers cinq dimensions : 

  1. l’apparence physique 
  2. les traits de caractère 
  3. les qualités et défauts 
  4. les compétences  
  5. les possibilités et limitations 

A partir de ces cinq critères, l’estime de soi est proportionnelle à l’écart qui existe entre le Moi Réel et le Moi idéal. Plus cet écart est grand, moins notre estime personnelle est élevée et inversement moins l’écart est important plus notre estime est haute ! 

Ainsi, l’estime de soi est fragile et changeante. Elle augmente à chaque fois que nous agissons en adéquation avec vos valeurs et diminue à chaque fois que nos comportements les contredisent. De fait, pour la travailler, il s’agit de se positionner comme un individu à part entière et d’agir conformément à nos valeurs.   

Agir sur l’adéquation entre nos agissements et nos valeurs pour valoriser notre estime personnelle ainsi qu’apprendre à construire factuellement notre confiance en soi sont des facteurs de réussite et de développement personnel importants. L’interaction entre les deux concepts et l’impact de l’un sur l’autre résident dans un travail quotidien entre mise en place d’objectifs réalisables et valorisation de nos réussites.  

Les bienfaits de travailler sur la confiance en soi et l’estime de soi

  • Se sentir bien dans sa peau, en phase avec soi-même et faire face aux difficultés
  • Mettre en place des relations épanouissantes avec son entourage
  • Se donner des objectifs atteignables et les atteindre !

.

Découvrir nos formations Efficacité relationnelle

PARTAGER SUR

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here