L’orateur authentique

0
83
L'orateur authentique

Quel est le secret pour convaincre son auditoire ? Une présentation qui respecte tous les codes oratoires me répondrez-vous. Oui mais plus encore, pour enthousiasmer un public, il faut savoir émettre un discours authentique, c’est-à-dire empreint de véracité et de sincérité. Paradoxalement, prendre la parole avec emphase et dire la vérité en croyant sincèrement à son message ne suffit pas pour paraître authentique. En effet, les neurosciences nous apprennent que le cerveau accorde plus d’importance à la gestuelle qu’au discours lui-même, c’est pourquoi les deux doivent être en symbiose.

Nick Morgan, coach et auteur américain en communication professionnelle nous explique comment communiquer avec authenticité lorsqu’on est manager. Il propose de se préparer à la prise de parole en s’exerçant à partir de 4 objectifs et en développant l’écoute de son ressenti intérieur. Le principe est de parvenir à incarner les sentiments éprouvés pour accorder son langage corporel à son message verbal.

L’apport des neurosciences

D’après les scientifiques, les gestes naturels et instinctifs d’une personne nous renseignent sur ce qu’elle va penser et dire juste après. En effet, ces gestes irréfléchis succèdent spontanément à une émotion. Cela précède la pensée consciente qui sera matérialisée en dernier par des paroles. Par exemple, face à une situation déconcertante, nous allons froncer les sourcils avant de matérialiser par des mots notre incompréhension. En somme, si une personne prépare son texte avec une gestuelle adaptée, cette gestuelle ne sera pas spontanée. Par conséquent, au lieu de précéder la parole, la gestuelle arrivera après les mots. Tout ceci se passe en quelques fractions de seconde mais ce sont précisément ces quelques instants qui font toute la différence. Même s’ils n’en n’ont pas conscience, les auditeurs vont percevoir une incohérence. C’est de là que découle le manque d’authenticité.

Préparer sa prise de parole autour de 4 intentions

Avant de se lancer dans l’arène, il est judicieux de préparer son intervention et de répéter son allocution. Nick Morgan conseille les exercices suivants :

1er exercice : s’entraîner avec l’intention de s’ouvrir à son auditoire

Impossible de créer du lien avec un public si vous entrez en «scène» avec une attitude fermée, vêtu d’une cape d’austérité. Pour vous préparer à une posture ouverte et chaleureuse, imaginez que vous intervenez devant une personne que vous appréciez et en qui vous avez confiance. Visualisez-là, assise face à vous en train de vous écouter avec attention. Ressentez sa bienveillance, son amitié et surtout le bien-être et l’assurance que cela vous procure. Soyez avide de toute sensation pour être à même de les ressentir à nouveau le jour J. Par une expression plus sincère de vos pensées, votre corps va progressivement se détendre et vous paraîtrez plus accessible.

(Si la visualisation n’est pas votre fort, demandez à une «vraie» personne de jouer le jeu et entraînez-vous face à elle.)

2ème exercice : intégrer l’intention de créer un lien avec son auditoire

A cette étape, vous avez une attitude ouverte et vous avez emmagasiné le souvenir de sensations agréables. A présent, fort de ces enseignements, entraînez-vous à créer du lien avec le public. Pour ce faire, il ne s’agit plus de vous concentrer sur vos ressentis mais sur votre auditoire. Comprenez que vous avez besoin de créer un lien avec lui et ce, dès le début de la présentation. Sans élaborer de stratégie au préalable, utilisez ce qui vous semble naturel et approprié en fonction de l’attitude du public. Pour vous habituer, imaginez-vous face à un enfant ou un adolescent dont il faudra capter l’attention. Par exemple, parlez plus fort ou rapprochez-vous de lui ou trouvez une anecdote qui se rapporte à son univers.

3ème exercice : ajouter l’intention d’exprimer sa passion pour le sujet débattu

Il s’agit ici de vous focaliser non pas sur ce que vous voulez dire mais sur le pourquoi de votre discours : quels résultats voulez-vous obtenir grâce à cette présentation ? Quelles sont les valeurs qui vous animent ? Qu’est-ce qui vous passionne et comment vous en servir lors de votre présentation ? Par exemple, n’hésitez pas à raconter une histoire familiale qui serait à l’origine de vos valeurs d’aujourd’hui. Osez contacter votre ressenti, la dimension affective et émotionnelle pour laisser jaillir l’émotion sous-jacente, vous risquerez juste de passer pour quelqu’un d’humain et de captivant !

4ème exercice : conclure avec l’intention d’écouter son auditoire

Intéressez-vous à l’état d’esprit dans lequel se trouvent vos auditeurs : avant votre élocution, de quoi sont-ils en attente ? Pendant votre discours, comment réagissent-ils à vos propos ? Observez-les et soyez à l’affut de chacune de leur réaction. Décelez les messages non verbaux et appliquez-vous à y répondre. Comment ? En instaurant un dialogue au moyen de questions, par un changement de rythme, par un nouveau vocabulaire. N’hésitez pas à orienter différemment vos propos en fonction des besoins du public.

En préparant votre intervention autour de ces 4 objectifs, nul doute que vous deviendrez un orateur non seulement authentique, mais aussi remarquable.

Points à retenir :

  • Le cerveau interprète le langage non verbal avant le langage verbal
  • Le langage non verbal et verbal doivent être cohérents entre eux
  • Une présentation rigide qui place le verbal avant la gestuelle manque d’authenticité
  • L’authenticité se prépare grâce à objectifs : s’ouvrir à son auditoire, créer du lien avec lui, exprimer sa passer, écouter son auditoire
PARTAGER SUR

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here