LE MANAGER DE 2020

0
107
La manager 2020

Au cours de l’Histoire la fonction de manager a évolué conjointement avec celle de l’économie : de l’industrialisation aux guerres mondiales, des 30 glorieuses aux chocs pétroliers, de l’expansion du secteur tertiaire à l’essor économique et la mondialisation,  voici autant de défis à relever pour l’économie et les fonctions managériales. Pendant des décennies, les modèles de management étaient conçus sur la base de la pensée logique. On cherchait avant tout à accroître la productivité, à conquérir de nouveaux marchés et à être de plus en plus concurrentiel. Aujourd’hui plus que jamais, être manager implique de la pluridisciplinarité et de la flexibilité. Pourquoi ? Parce que manager touche spécifiquement aux ressources humaines avec les contraintes organisationnelles que cela implique. C’est pourquoi il n’est jamais possible d’apporter des réponses normalisées. Parce que manager consiste avant tout à composer avec la diversité humaine dans une vision globale du monde, on ne peut plus se contenter de recettes toutes prêtes. Alors en 2020, quel sera le profil managérial ou, autrement dit, comment améliorer la productivité de projets humains ?

1 – Les enjeux actuels pour le manager

L’explosion fulgurante des progrès techniques

Les capacités techniques se sont développées bien plus rapidement que les capacités intellectuelles, morales et sociales. En effet, en quelques années, nous avons vu naître et s’imposer dans le paysage entrepreneurial l’informatique, le digital, l’intelligence artificielle, l’avancement en matière scientifique et génétique etc. Et c’est un processus sans fin !

Quand on est manager, comment faire pour que les hommes et les organisations se réadaptent et se renouvellent sans cesse pour inclure les nouvelles données dans leur méthodologie ?

La révolution numérique

«La transformation numérique consiste à utiliser le maximum de nouvelles technologies, dans une organisation de travail adaptée, pour favoriser le business et pérenniser l’entreprise.» On parle ici du Cloud, d’objets connectés, d’e.learning, de réalité virtuelle, de documents dématérialisés etc. Dorénavant, nous avons à disposition, et de surcroît en temps réel, toutes les informations nécessaires à l’accomplissement de notre travail. Le digital balaye les barrières temporelles et spatiales permettant une réactivité accrue, une internationalisation des échanges, une mobilité des collaborateurs croissante. Or, sur un même lieu de travail, il y a parfois jusqu’à 4 générations différentes de collaborateurs. Certaines sont «digital natives» alors que d’autres sont plutôt «génération minitel».

Quand on est manager, comment faire cohabiter les membres hétérogènes d’une même communauté autour des mêmes outils, comment se protéger des dérives du numérique, comment gérer l’immédiateté des échanges ?

Le changement du rapport au travail dans les mentalités

De plus en plus, les salariés sont en quête de sens. Ils ont besoin de partager les valeurs de l’entreprise pour laquelle ils s’investissent. Ils recherchent de l’autonomie, de la reconnaissance et de la valorisation. En outre, les habitudes de travail évoluent : on observe davantage de turn-over, les jeunes générations restant en moyenne 3 ans dans la même société. Nous sommes loin du modèle de nos parents qui faisaient carrière dans la même entreprise jusqu’à leur retraite. Avec l’accès à la micro-entreprise, on voit également des personnes cumuler plusieurs activités pour accroître leurs revenus. La qualité de vie au travail devient prépondérante, on demande de la flexibilité pour travailler en adéquation avec ses obligations personnelles.

Quand on est manager, comment concilier productivité, rentabilité et bien-être au travail ?

Une vision globale du monde

Un nouveau monde émerge avec une conscience plus accrue des enjeux environnementaux. Avec la mondialisation, les déplacements professionnels de plus en plus fréquents, on ouvre son esprit à d’autres cultures, d’autres façons de travailler. Cette ouverture peut aller même jusqu’à générer des chocs culturels. Tous les paramètres professionnels s’en trouvent impactés. Par enjeux environnementaux, il y a aussi  la volonté de s’engager dans des actions protectrices pour la planète au sein même de l’entreprise : tri des déchets, la gestion de l’énergie, produits d’entretien plus sains  etc.

Quand on est manager, comment intégrer la mondialisation et les enjeux environnementaux dans sa culture d’entreprise ?

2 – Les adaptations au contexte actuel

L’innovation managériale

Comme nous l’avons vu précédemment, le contexte économique et sociétal d’aujourd’hui ne permet plus d’appliquer des concepts et solutions théoriques. Il s’agit aujourd’hui pour un manager de surfer sur la vague humaine au quotidien. Il faut s’adapter aux imprévus, aux situations en jeux, aux besoins de son équipe et au contexte mondial. C’est pourquoi il est devenu incontournable d’avoir de l’audace : l’audace d’être visionnaire, d’appliquer ses convictions et d’innover.

Le bien-être au travail

Le manager s’engage dans une gestion de plus en plus individualisée de ses collaborateurs car il ne peut plus faire l’impasse sur de nouvelles tendances de travail. Il va devoir dorénavant composer avec des horaires flexibles, des pauses libres, du télétravail. Il devra accompagner ses collaborateurs à gérer leur stress. Il devra concevoir la formation continue comme incontournable dans la vie professionnelle de ses employés.

La communication, pilier du management

Le point commun à toutes les situations de management est la communication interpersonnelle. C’est par sa maîtrise des outils de communication que le manager pourra influencer, convaincre, faire adhérer, recadrer… en somme, faire face à toutes les situations dans lesquelles on exige sa présence.

3 – Du manager au leadership en 2020

Selon Peter Drucker, consultant américain en management d’entreprise : le management consiste à faire les choses bien alors que le leadership consiste à faire les choses justes.

Le leader est un visionnaire à même de mener des projets d’envergure innovants en engageant ses collaborateurs au coeur de cette initiative. Il donne du sens aux projets amorcés et amène chacun à l’autonomie et la responsabilisation. Bienveillant, humble et authentique, il sait lever les résistances au changement chez autrui. Doté d’un sens de l’observation et d’écoute, il sait déceler les talents enfouis chez chacun pour les coordonner tous ensemble. C’est ainsi que le leader et toute son équipe atteindront l’excellence et la réussite.

«Si l’on a appelé le XXe siècle l’ère du management, le XXIe siècle devrait s’intituler l’ère du leadership. Il nous faut plus de dirigeants aptes à ouvrir le champ des possibles de l’ingéniosité et de la créativité humaines, et à libérer encore davantage le potentiel humain, «la ressource naturelle» la plus importante de la planète.» Richard Straub, Fondateur de l’association à but non lucratif Peter Drucker Society Europe et du Global Peter Drucker Forum.

Points à retenir

  • Le XXIe siècle voit l’avènement du leadership : le manager de 2020 sera l’innovant, le communiquant, le visionnaire, l’audacieux… belle année à tous !

 

PARTAGER SUR

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here